Anne

Je m’appelle Anne, j’ai 51 ans et suis la maman comblée de Simon (20ans) et Bastien (14ans).

On m’a diagnostiqué un cancer du sein fin mai 2013… le jour de mon anniversaire… et tout s’est enchaîné à toute vitesse : 2 opérations,chimio,rayons…

Je sors de ces 6 mois de traitement complètement « groggy », avec un corps affaibli et qui me fait peur, avec la tête « à l’envers » et une peur terrible au ventre…

Comment reprendre une vie « normale » après ça ? Comment rebondir,retrouver confiance ? Je ne peux pas juste « remettre les pieds dans mes chaussures », comme si rien ne s’était passé… Comment aborder « l’après », comment continuer après ce séisme qui m’a fait prendre brutalement conscience de ma « mortalité » ?

J’ai besoin de partager, de reprendre confiance, d’essayer de trouver de nouvelles forces pour apprendre à vivre ce nouvel « ordre des choses »sur lequel j’ai si peu de prise…

Ce projet est un merveilleux cadeau qui tombe au bon moment… une formidable occasion de repartir dans la vie, en partageant un bout de chemin avec de belles personnes… et de « remonter la pente », au sens propre comme au sens figuré !

Merci à ceux et celles qui me donnent cette chance et merci déjà pour tout ce que nous allons partager !

Anne

Je m’appelle Anne, j’ai 54 ans, et j’ai deux filles de 27 et 25 ans.

Le 6 août 2012, un médecin au regard lumineux m’a dit:  » on ne va pas vous raconter d’histoires…. ce n’est pas bénin » …

Alors, j’ai regardé le soleil, la couleur des feuilles, les gens qui marchaient dans la rue et je me suis dit « où suis-je maintenant?? » Le ciel me tombait sur la tête…

Un combat total, soutenue par mon compagnon, mes filles, un « club de fans » à travers les chimios, la mastectomie, la radiothérapie, un traitement médical de 5 ans au moins qui me donne 80 ans articulaires pendant 5 minutes le matin… et puis, ne pas me reconnaître…
L’estime de moi et la confiance reviennent à petits pas…

J’ouvre les bras et le coeur à cette expérience privilégiée et inestimable de gravir ce dôme pour y déposer mes joies, mes chagrins, mes espoirs et puis pouvoir me dire, à 100%,  » je suis vivante! »

Anne

Carine

Juillet 2006 : le verdict tombe : « tu as un cancer du sein !»

Commence alors la traversée du désert, je suis bien accompagnée (mon mari, mes filles, ma famille, mes amis, mes médecins, mon kiné) tous sont là pour m’aider et m’accompagner… mais la route vers l’inconnu est longue, très longue…

Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de volonté, de courage et de plaisir, que je vais emprunter les chemins du dôme avec les autres dômettes afin de tourner ensemble pour de bon le dos à la route sinueuse du désert.

Je suis mariée avec Michele et maman de Laura, Fiona, Sara et Alexia.

Carine

Carine

Il y a 4 ans,j’ai eu connaissance de ce terrible diagnostic… Traitements, opérations, examens…ont été mon quotidien.

Pour permettre à mes proches de continuer a vivre « normalement », j’ai volontairement choisi de « tout » subir en silence. C’est ainsi que pour mon entourage (famille, amis, collègues), quand les traitements se sont terminés, pour eux, la page s’est tournée.

Mais c’est loin d’être aussi évident…

Je manque d’estime et de confiance en moi. Je ne vois plus la vie de la même manière et je suis émotionnellement devenue très sensible.

Quand le médecin m’a parlé de ce projet, c’était pour moi, une occasion a ne pas manquer, une belle opportunité de me surpasser et me prouver que je suis capable de relever un tel defi.

Après un entraînement de 6 mois, je vais gravir ce massif des Ecrins. J’espère, alors enfin, pouvoir m’accepter telle que je suis aujourd’hui et faire face à mes angoisses et gérer de manière positive mon stress.

Sans le soutien du coach et de toute l’équipe encadrante, ce projet ne pourrait pas aboutir. Merci de nous y aider.

Carine

Isabelle

Trois ans moins quelques poussières plus tard…

Pour le commun de mortel, la vie suit son court, comme un long fleuve tranquille.
Et moi, pendant ce temps, je joue un peu à l’équilibriste, entre, parfois encore, quelques relents de fatigue, mais aussi… une nouvelle énergie, plus juste, plus dosée.

Je rêve que cette VIE d’APRES, soit plus riche, plus dense, plus «COMPLETE»… Alors tout est prétexte pour me sentir vibrer… cela peut être : un bon repas entre amis, un voyage, un fou rire, un clin d’oeil, … et pourquoi pas un défi et de surcroît en MONTAGNE !!!

Tchich Nhat Hanh disait : « Chacun de tes pas te ramène à la vie »

J’ai hâte de partager cette nouvelle aventure en 2014… d’avancer encore de quelques pas…

Isabelle

Laurence

Une montagne… avec le ciel me tombant sur la tête en plus, voilà ce que j’ai ressenti lorsqu’un jour de 2007, j’ai appris que je portais un cancer du sein.

Un roc, ça c’est ce que je croyais être et bien que n’ayant jamais été malade mais plutôt incommodée par le traitement, j’ai mesuré mes limites et compté mes ressources, heureusement renforcées par ma famille et mes amis.

Un dôme… le prochain défi mais pour le plaisir… Avec les encouragements de mes proches mais aussi pour eux et pour toutes les femmes touchées par ce fléau, je gravirai ce col en portant l’espoir d’une vie après le cancer !

Laurence , 48 ans, mariée, 3 enfants de 21, 19 et 16 ans.

Laurence

Mélinda

Mélina, mariée et maman de 2 enfants, Charlotte, 15 ans et Julien, 10 ans.

Début janvier 2012, dans ma 40ème année, la terrible nouvelle tombe, inéluctable.

Quelle tuile ! Que faire ? Accepter passivement ou réagir et se battre. Heureusement le moral est bon. C’est décidé, je vais gagner le combat tout en m’efforçant de dissimuler… ne pas se plaindre… faire semblant… pour ne pas gâcher l’ambiance heureuse et la bonne humeur de notre vie familiale.

C’est dans cet esprit que j’ai entamé la lutte en passant par toutes les étapes cliniques, inutiles d’énumérer, pour vaincre la bête sournoise. Le soutien de mes proches m’a évidemment beaucoup aidé. Merci.

Après 2 longues années d’une thérapie plus ou moins supportable, c’est fait : je pense avoir gagné mais reste toujours cette appréhension que la maladie surgisse de nouveau.

Aujourd’hui, je suis heureuse de faire partie de l’aventure « 10 femmes pour un 4000 ». Toutes ensemble nous allons relever un autre défi, plus enthousiasmant celui-là, qui nous rendra encore plus fortes et nous permettra de faire le point et recharger nos batteries.

Allez ! toutes ensemble dans la même direction vers un même sommet. Courage !

Mélina

Nathalie

Qui aurait pu imaginer un jour que je puisse faire partie des « dômettes » et tenter de relever un défi sportif ????? Eh bien pas moi….

Et pourtant…Quel challenge !

A 37 ans, ma vie prenait un tournant. Jamais je n’aurais pu croire un seul instant qu’un vilain crabe allait frapper à ma porte.

Et pourtant… Quel challenge également !

Surmonter ses peurs, vaincre ses difficultés, douter mais aussi croire que la vie est extraordinaire et vouloir que l’horloge du temps ne s’arrête jamais.

Des sentiments très similaires qui m’habitent aujourd’hui mais cette fois pour un défi positif. Des nouvelles rencontres, le partage des expériences, une aventure humaine formidable qui me permettra sans doute de laisser un lourd fardeau derrière moi et de vivre l’après plus sereinement.

Nathalie, 40 ans, mariée, un petit Arthur de 6 ans.

Nathalie

Pascale

Pascale, 50 ans, mariée, maman de Pauline 26 ans et Maxime 23 ans.

Le cancer du sein est une véritable institution familiale. Je fais partie de la 3ième génération et c’est un fardeau lourd à porter. J’aimerais tant que les générations à venir soient épargnées.

Cette maladie, je l’ai souvent visualisée comme une montagne et je l’ai approchée deux fois : en 1998 alors que j’avais 35 ans et puis 13 ans plus tard, juste quand je commençais à espérer qu’elle m’avait perdue de vue.

Cette montagne, il me fallait à nouveau tenter de la gravir en la respectant, en la contournant et en acceptant de rebrousser chemin quand les conditions n’étaient pas favorables. La découverte de l’initiative « 10 femmes pour un 4000″ a de suite trouvé sens à mes yeux.

C’est avec joie et soutenue comme toujours par mes proches que je me prépare à cette rencontre avec la montagne, avec mes complices, avec moi-même.

Pascale

Régine

Sage-femme en formation de consultante en lactation, j’apprend à la suite d’un examen gynéco que j’ai un cancer, le diagnostic est sans appel !

Tout mon sang me tombe dans les chaussettes. « Tu vas avoir besoin d’aide. » Moi ? Si indépendante et fière. Mais heureusement toutes les personnes qui m’entourent m’ont et me soutiennent encore. La fin des traitements signe la fin d’une douleur mais aussi d’une aide qui manque véritablement.

« C’est fini. » Non, la période suivant les traitements est aussi dure. Le manque de confiance en soi s’est insidieusement installé.

« 10 femmes pour un 4000, ça vous tente? » Oui, oui, oui !

Reconstruction de soi, physique et mentale, sont au programme, entourée d’un groupe fantastique qui va nous mener au-delà de ce sommet, de cette douleur.

Merci à vous.

Régine

Sophie

Maman s’est battue 10 ans contre 5 cancers. Elle était porteuse du BRCA1.

J’ai fait le dépistage et malheureusement, j’en suis aussi porteuse. Une surveillance a été mise en place, par des mammographies et IRM, tous les 6 mois. Pas toujours agréable à vivre, mais heureusement que je les faisais, ces examens. Car en juin 2011, on m’annonce que j’ai un cancer du sein. J’ai alors 38 ans, je suis l’heureuse maman de Quentin et Tom et… tout mon monde s’écroule.

S’ensuit alors un combat éprouvant d’opérations et de chimiothérapie. Puis il y a l’après : mes cheveux repoussent, mes cicatrices s’estompent, je me reconstruis et j’apprends à vivre au rythme stressant des bilans.

Lors de celui de juin 2013, mon monde s’écroule une 2ème fois : récidive. Savoir que je dois repasser par la chimiothérapie, que je vais reperdre mes cheveux est très dur à encaisser. Mais je ne veux pas que cette maladie prenne le dessus sur ma vie. Et puis, je peux compter sur mes enfants et mon compagnon, mes moteurs ! Pour eux aussi, je dois me battre.

Ce défi, c’est l’occasion pour moi de faire un pied de nez à la maladie. Lui dire qu’elle ne m’aura pas diminuée, au contraire, elle m’aura même rendue plus forte !

Cette aventure, je la vivrai aussi un peu pour toi, maman…

J’ai hâte ! Hâte de partager et de recevoir, ensemble avec les 9 autres femmes.

Sophie